Je me présente 

À propos

Savoir apprendre et savoir transmettre sont mes super pouvoirs

Diplômée en sociologie et en science politique, je me suis rapidement orientée vers le digital et l’indépendance en créant mon agence de communication en 2013. La motivation était simple : pouvoir accompagner des structures sans grands moyens humains mais avec de grandes valeurs, sans intermédiaires.

Faire par soi-même et pour soi-même, en somme.

A l’époque deux impératifs m’animent : le travail associatif et la soif d’apprendre à faire tout ce que je peux autour du numérique (programmation, webdesign, ergonomie, typographie, marketing digital, e-commerce, animation de communauté, etc.).

Mes premières missions ont été pour des associations féministes et antiracistes et évidemment pro-bono. Le contrat était simple : apprendre en faisant, être transparente avec les personnes, accepter de faire des erreurs et prendre le temps pour m’améliorer.

Les cours en ligne et les longues nuits devant l’écran deviennent mon quotidien (au grand dam de mon colocataire) ainsi que les traversées de Paris à vélo.

Ma discipline est simple : ne pas dire « jamais », « je ne suis pas capable » mais « j’étudie et je vous dis ». L’honnêteté de dire : « Je ne sais pas encore faire ça » est une clé pour combattre le monstre que beaucoup d’entre nous connaissent : le syndrome de l’imposteur. Il me mord encore aujourd’hui… il y a des combats qu’on mènera jusqu’au dernier jour.

Mon temps se partage alors entre le conseil (accompagnement d’associations et de petites structures pour leur présence numérique), la production (création de sites internet, conduite de projet, graphisme) et la formation car il est central que les personnes soient totalement autonomes avec les outils que je crée.

C’est ma mission d’accompagnatrice en autonomisations numérique. Mais 2020 marque un tournant…

La pandémie bien sûr, avec ce qu’elle nous a appris sur le temps et le besoin des autres mais également deux nouvelles briques dans ma formation : le community organizing et le no-code.

Je suis dans les milieux militants depuis 2012, d’abord dans les milieux féministes puis antiracistes, suite logique dans une démarche intersectionnelle. 10 ans d’engagement qui ont occasionné certaines frustrations mais beaucoup de joies et encore plus de belles rencontres.

Le recul sur ces années me permet un constat : pour avancer, il faut s’organiser. Depuis 2020, j’ai la chance de faire du chemin avec des community organizers en France et en Italie (où je réside) qui m’ont apporté les réponses que je cherchais à l’époque de mes premiers tâtonnements militants.

Jusqu’ici avec Rouge le fil, j’apportais mes compétences aux collectifs sur les étapes de leur communication externe (construire des sites web, des stratégies de communication digitale, l’allocation des ressources sur quels réseaux et comment), des missions clefs certes mais qui, basée sur des processus flous et sans capacité de prendre en compte la richesse réelles des associations (leurs combats et les étapes de leurs victoires, leur temps et leurs relations), perdent leur puissance.

Aujourd’hui, je crée aussi des outils qui viennent soutenir les efforts d’organisation collective et traduire les contextes et les actions en données quantitatives, qualitatives et utilisables.

Sélection presse

Elle
« Le code a changé »

Encore
« Code me tender »

One minute project
Portrait

Welcome to the Jungle
L’histoire d’Alix

"La maturité, c'est d'avoir retrouvé le sérieux qu'on avait au jeu quand on était enfant."
Friedrich Nietzsche